"Anderederra", la belette, et autres animaux (Elgar N° 584 JUILLET/AOUT 2017)

S'il est un domaine dans lequel l'euskara a toujours fait preuve d'une grande poésie c'est bien celui des noms d'animaux en général. Ainsi une belette  est appelée "anderederra" en basque (de "andere" la dame, et "eder", belle). L'élégante silhouette (un mot français d'origine basque) de ce petit prédateur n'est certainement pas étrangère à cette jolie appellation.

Le cochon, "urde" en basque a ainsi logiquement été utilisé pour désigner le sanglier, dénommé en basque "basurde", de "basa", sauvage et "urde", le cochon. Dans la mer aussi, on pêche en basque de jolis mots. Ainsi le dauphin, qui en euskara est appelé "itsasurdea", ou "cochon de mer" (de "itsasoa", la mer et "urdea".

Du côté des insectes, les Basques font aussi preuve d'une grande poésie. La coccinelle est ainsi appelée "katalingorri", littéralement "Catherine rouge" (de "gorri", rouge). Les gerridés, famille d'insectes improprement appelée "araignées d'eau", qui ont des pattes recouvertes de poils hydrofuges qui leur permet de "marcher" ou au moins de glisser sur l'eau, sont appelés en basque "zapatariak", de "zapata" soulier. Ces petites bestioles, qui réapparaissent sur toutes les étendues d'eau calme quand viennent les beaux jours, semblent donc bien posséder des souliers pour ne pas se mouiller les pattes!

Jean-Baptiste Heguy